Connexion

La stérilisation du chat


 

L’allongement de l’espérance de vie du chat

 

La stérilisation modifie le mode de vie : le chat castré devient plus sédentaire et il est par conséquent moins exposé à des risques d’accidents quand il a accès à l’extérieur. La stérilisation diminue les risques de blessures à l’occasion de bagarres et de transmission de maladies contagieuses. Les infections de l’utérus et les tumeurs mammaires sont également moins fréquentes chez les chattes stérilisées.

 

 

 

Grâce à la stérilisation et à un meilleur suivi vétérinaire, l’espérance de vie des chats ne cesse d’augmenter. En 2005-2006, seulement 10 % des décès concernaient des chats de moins de 10 ans. Ce constat ne doit pas faire oublier que la qualité de vie d’un chat stérilisé dépend beaucoup de son alimentation après l’opération. En cas d’obésité, la probabilité que le chat décède entre 8 et 12 ans est doublée. Les nouveaux propriétaires de chats doivent donc faire bien attention à l’alimentation de leur chat stérilisé.

 

 

 

L’insuffisance rénale chronique, une maladie qui accompagne souvent le vieillissement du chat, est devenue la première cause de mortalité. Elle concerne 30 à 35 % des chats au-delà de 15 ans. Certaines précautions (moins de phosphore, taux modéré de sel, apport en protéines adapté à l’état des reins, etc) permettent de ralentir la progression de la maladie et d’améliorer considérablement la qualité de vie du chat. Un chat dont l’insuffisance rénale est repérée précocement peut encore vivre plusieurs années si son alimentation est adaptée à sa maladie. C’est au début de l’évolution de celle-ci que les mesures nutritionnelles auront le plus de chance d’influencer le cours des choses.

 

Il est important d’adapter l’alimentation à l’âge du chat.

 

 

 

 

Les changements hormonaux du chat stérilisé

 

En effet, l’animal castré a des besoins énergétiques réduits de l’ordre de 30 % par rapport à un chat entier, alors que parallèlement, il a tendance à manger plus. C’est particulièrement vrai chez le mâle, dont la consommation spontanée d’aliments augmente de 26 % (et seulement de 18 % chez la femelle stérilisée.) Il n’est donc pas rare de voir des chats prendre pratiquement 30 % de poids après l’opération.

 

 

 

Cette obésité, qui peut s’installer rapidement (la période des 2 mois suivant l’intervention est particulièrement à surveiller) multiplie les risques, d’affections cutanées, de calculs urinaires, de douleurs articulaires et de diabète. Un chat obèse présente 6 fois plus de risques de développer un diabète qu’un chat en bon état corporel. Des chiffres qui peuvent faire réfléchir avant de remplir automatiquement la gamelle lorsque votre chat se frotte contre vos jambes… Si votre chat est stérilisé, faites attention à son alimentation dès le lendemain de l’opération si vous voulez éviter bien des problèmes plus tard.

 

 

 

 

La prise de poids étant favorisée par une forte quantité de matières grasses ingérées, il est nécessaire d’adapter l’alimentation du chat ou de la chatte stérilisé, en lui donnant un aliment dont le taux de matières grasses est réduit.

 

 

 

Quelle que soit la qualité de l’aliment, évitez de donner à volonté des croquettes pendant la journée ; mesurez soigneusement la ration journalière dans un verre doseur et ne dépassez jamais la dose, même si vous distribuez le contenu .

 

 

 

Source : http://monvetoetmoi.royalcanin.fr/sterilisation-du-chat